MES PETITES RECETTES
par Florence Wenker

Un des buts de l’art culinaire est de transformer, voire de transmuter notre environnement direct issu de la nature, à savoir les minéraux, l’eau, les végétaux et l’air en plats simples, sains et appétissants. De la subtile alchimie de cette transformation dépend notre santé physique, psychique et spirituelle.

Celui qui fait la cuisine est en réalité la personne qui possède le plus grand pouvoir en distribuant santé ou maladie, bonheur ou malheur. Celui qui connaît l’art de la cuisine et de ses transmutations énergétiques a la maîtrise de la vie.


Vous trouverez dans ce livre 60 recettes faciles à exécuter qui vous permettront de préserver et/ou d'améliorer votre santé tout en satisfaisant votre gourmandise.

Extrait :


Polenta aux châtaignes :

  • Dans une casserole, porter à ébullition 75 cl d’eau et y dissoudre 1 c.à.s. de bouillon de légumes, puis verser peu à peu la polenta. Mélanger avec une cuillère en bois pendant 5 minutes, saler et poivrer.
  • Couper en petits morceaux les châtaignes cuites et entières.
  • Dans une poêle, faire chauffer l’huile d’olive et faire revenir les châtaignes pendant 10 minutes. Ajouter le mélange d’herbes.
  • Mélanger la polenta et les châtaignes, puis étaler cette préparation sur du papier sulfurisé (1cm d’épaisseur).
  • Réserver et laisser tiédir.
  • Couper en rondelles à l’emporte pièce avec un verre.
  • Huiler une poêle et faire revenir les tranches de polenta.

*********************

«ASSIETTES MACROBIOTIQUES POUR TOUS ET RECETTES SPÉCIALES POUR SOINS»


Tout ce qu’il faut savoir pour entreprendre le grand saut
dans l’art de vivre macrobiotique



Ces recettes sont extrêmement efficaces pour toutes les personnes pratiquant la macrobiotique même depuis peu de temps. Par contre pour ceux qui continuent à s’alimenter d’une manière erronée, elles sont inutiles voire dangereuses.
La macrobiotique est un art de vivre pour ceux qui veulent découvrir la vraie vie et qui sont convaincus que cela relève de leur propre responsabilité et non, comme c’est le cas, malheureusement, pour la majorité des gens, que la responsabilité de leur santé incombe aux gouvernements et au corps médical. La maladie est la faute à pas de chance, à la pollution, aux industriels, à la pauvreté, etc., et que la guérison dépend d’un vaccin, du médecin, des médicaments ou d’une bonne assurance.

L’approche macrobiotique est différente. « Est en santé celui qui est sain et saint. »